Blog

Baladiya

Tenue de la 8e édition du Sommet Africités à Marrakech (Maroc)

La 8eme édition du Sommet Africités de l'organisation des Cités et Gouvernements Locaux Unis d'Afrique (CGLU-Afrique) se tiendra du 20 au 24 Novembre 2018 à Marrakech (Maroc), sous le thème "La transition vers des villes et des territoires durables: le rôle des collectivités territoriales d’Afrique".

CGLU-Afrique est la voix unie assurant la représentation des collectivités locales de l’ensemble du continent africain. Elle rassemble 45 associations nationales de collectivités locales de toutes les régions d’Afrique, ainsi que 2000 villes comptant plus de 100 000 habitants.

http://www.uclga.org/?lang=fr#top
Weiterlesen
6 Aufrufe

Le programme CoMun organise à rabat (Maroc) le 3eme Forum Régional

Le Programme « Coopération Municipale au Maghreb » dénommé CoMun, exécuté par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GIZ (GmbH), organise les 25 et 26 avril 2018 à Rabat - Maroc un Forum Régional sous le thème : « Les réseaux des villes en tant que catalyseurs du développement urbain ». Cette 3ème édition s’inscrit dans le prolongement de deux conférences régionales organisées en Allemagne dans le cadre de la collaboration entre villes maghrébines et allemandes.

Le programme CoMun est mené en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales du Ministère de l’Intérieur au Maroc, le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement en Tunisie et le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme en Algérie.
Weiterlesen
31 Aufrufe

Marrakech: Des ateliers de vélos pour mieux pédaler (Maroc)

Après le jardin de vélos, l’association Pikala de Marrakech lance le «Holland Bicycle Atelier» où les mécaniciens néerlandais et marocains réparent gratuitement les vélos des habitants de Marrakech pour améliorer leur mobilité et leur sécurité dans le trafic. L’événement de réparation gratuite de vélos se tiendra durant une semaine au quartier Riad Laârousse.

La première édition de cet atelier a eu lieu lors de la COP22 au cours de laquelle 500 vélos ont été réparés. Sensibiliser la population à utiliser le vélo comme moyen de transport est son principal objectif. Une étude réalisée par l’Agence européenne pour l’environnement montre qu’on peut réduire de 10 fois nos émissions de gaz à effet de serre en se déplaçant à vélo plutôt qu’en voiture.

Marrakech est la destination par excellence pour utiliser ce moyen de transport grâce à un paysage plat, un climat doux et de courtes distances. D’après le plan de déplacement urbain, 21% du total des déplacements dans la cité ocre sont effectués en vélo. L’aménagement urbain actuel des pistes cyclables permet d’augmenter ce taux.

Pour les amateurs, la ville de Marrakech est la seule en Afrique du Nord à être dotée de vélos en libre service (vélib) déployés par la société Smoove. Elle dispose d’une flotte de 300 vélos en plus de sept stations installées dans des lieux emblématiques de la ville comme la Koutoubia ou les Jardins de Majorelle.

Le service s’inscrit dans la pérennité avec un contrat renouvelable d’une durée initiale de 5 ans. A l’image de Moscou, Helsinki ou Vancouver, le modèle économique de Medina Bike inclut la contribution d’un sponsor ou annonceur. De leur côté, les Pays-Bas sont très connus pour leur culture cycliste et leurs solutions de mobilité puisque le pays a la densité de population la plus élevée d’Europe.

«Dans notre pays, l’infrastructure urbaine est adaptée à l’utilisation de vélos. Il y a même plus de véhicules à deux roues que d’habitants. Cette densité implique une circulation spécifique et une sensibilisation à la sécurité routière», indique l’ambassadrice des Pays-Bas à Rabat, Désirée Bonis. Amsterdam à titre d’exemple a investi durant trois ans (2007 à 2010) 20 millions d’euros pour des projets en lien avec le vélo. Les avantages économiques ont compensé largement les coûts.

«C’est ce genre de connaissances que nous souhaitons partager avec les autorités de Marrakech pour mettre en œuvre de nouvelles idées dans cette ville en pleine croissance», estime Cantal Bakker, directrice de Pikala. «Nous sommes impatients de voir plus d’infrastructures pour bicyclettes, des enfants en toute sécurité qui vont à vélo à l’école, et une Marrakech verte et saine».

http://www.leconomiste.com/article/1026112-marrakech-des-ateliers-de-velos-pour-mieux-pedaler
Weiterlesen
33 Aufrufe

. La 3ème édition du Smart City Expo Casablanca du 18 au 20 avril 2018 (Maroc)

Organisée par la Commune de Casablanca sous le thème “Villes à vivre et innovation citoyenne”, cette édition accueillera près de 85 intervenants autour de keynotes, de sessions plénières et parallèles. C'est une plateforme qui propose des échanges et réflexions autour de sujets liés au développement des “villes intelligentes”,
Weiterlesen
100 Aufrufe

Fès: Nouveau mémorandum d’entente sur la démocratie participative et le développement territorial (Maroc)

Un mémorandum d’entente portant sur la promotion de la démocratie participative et le développement territorial dans la région Fès-Meknès a été signé, samedi 31 Mars 2018 dans la capitale spirituelle du royaume.

Ce mémorandum a été signé par le ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile, le premier vice-président du conseil de la région Fès Meknès, le président de la commune de Fès, le président de l’université sidi Mohamed ben Abdellah de Fès, le président de l’université Moulay Ismail, Hassan Assahbi, et un représentant de l’université Al Akhawayn à Ifrane.

Ce document, signé lors de l’ouverture d’une journée d’étude sur ‘’la démocratie participative et le développement territorial’’, tend à renforcer la coopération entre l’ensemble des parties signataires, en mettant à profit leurs expertises et outils de travail et en intensifiant les efforts de mise en œuvre des mécanismes de démocratie participative dans la région Fès-Meknès.

Le mémorandum stipule, entre autres, la création d’une instance de recherche scientifique et de formation, la réalisation d’études en matière de développement territorial et de mise en œuvre des mécanismes de la démocratie participative, l’organisation de journées d’étude, la facilitation des échanges d’expériences, d’expertises et de recherches en démocratie participative et la mise en place d’activités communes.

https://www.medias24.com/MAROC/Quoi-de-neuf/181724-Fes-Nouveau-memorandum-d-entente-sur-la-democratie-participative-et-le-developpement-territorial.html
Weiterlesen
87 Aufrufe

Nouvelle ville de Tamesna: Le plan de relance en marche (Maroc)

Après Oujda, le Groupe Al Omrane (du Ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme) a choisi la nouvelle ville de Tamesna pour abriter, le 16 Mars, la 2e étape des forums de la convergence. Un événement marqué par la présence de Mme Fatna Lkhiyel, secrétaire d’Etat chargée de l’Habitat, qui a rappelé que la réussite des projets urbains reposait sur une bonne gouvernance effectuée en coordination avec les différents intervenants et qui serait par la suite évaluée pour en vérifier l'efficacité. Cette rencontre a été également pour les responsables d’Al Omrane de faire le point sur l’avancement du plan de relance de la ville de Tamesna lancé en 2013 pour insuffler une nouvelle dynamique à cette ville. Onze ans après sa création, Tamesna abrite actuellement près de 50.000 personnes, précise Badre Kanouni, président du Groupe Al Omrane. Grâce au plan de relance avec une enveloppe de plus 500 millions de DH, elle constitue aujourd’hui un modèle de convergence qui implique l’ensemble de partenaires, est-il indiqué.

En matière d'avancement des projets, le groupe annonce que 36 équipements publics, dont des écoles et infrastructures socioculturelles, sont déjà opérationnels et 10 autres en cours. Parmi eux, un hôpital et un campus universitaire. En 2018, il est prévu de lancer la construction de trois centres sociaux au profit des personnes en situation de handicap, de femmes et d'enfants. En mai prochain démarreront les travaux de l’aménagement récréatif du périmètre forestier à Tamesna. Sinon, le groupe Al Omrane a tenu à rappeler ses réalisations au cours de cette dernière décennie au niveau de la région de Rabat-Salé-Kénitra. Au total, plus de 400 projets ont été menés pour un investissement de près 15 milliards de DH. «En principe, le rôle d’une ville ne se limite pas à garantir seulement le logement, mais également la promotion des activités économiques avec des opportunités d’emploi pour ses habitants», rappelle Abdessamad Sekkal, président de la région de Rabat-Salé-Kénitra. Sur ce registre, les responsables d’Al Omrane tiennent à rappeler le franc succès qu’a connu la zone industrielle aménagée à la sortie de la ville. Les prospections sont en cours pour l'acquisition d'un terrain qui abriterait la deuxième tranche de ce site. Les efforts se poursuivent à travers plusieurs projets pour améliorer la liaison de la ville avec son environnement. Sur ce volet, la région a demandé à l’ONCF de prévoir une desserte par rail reliant Témara à Tamesna.
Weiterlesen
149 Aufrufe

Installation des premières bornes électriques (Maroc)

Installation des premières bornes électriques (Maroc)
C’est un premier geste envers les propriétaires des voitures électriques. Un an après les avoir annoncées, les premières bornes pour la recharge électrique sur les aires de repos autoroutières sont en cours d’installation sur l’autoroute Tanger-Agadir. Ce projet est à l’initiative de lresen (Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles) de Benguerir en partenariat avec Schneider Electric et Autoroutes du Maroc. Au total, ce sont 37 bornes, avec 74 points de recharge de différentes puissances pour ce premier réseau pilote en cours d’installation sur les aires de repos autoroutières d’un trajet de 800 km. Tanger, Asilah, Larache, Kénitra, Bouznika, Berrechid, Settat, BenGuerir, Marrakech, Chichaoua et Agadir sont prioritaires.

«Il s’agit d’un premier test d’infrastructure qui permettra aussi de comprendre et évaluer les besoins des propriétaires de véhicules électriques actuels et futurs et l’effet d’un tel déploiement sur le réseau électrique», indique-t-on auprès d’Iresen. Le projet remonte à 2014 depuis qu’Iresen a décidé de donner la priorité dans ses recherches à la mobilité durable sur sa plateforme de recherche le Green Energy Park. Ses études ont démontré l’importance de l’infrastructure de recharge comme moteur pour le développement de la mobilité électrique au Maroc. Ainsi, face à une population en nette croissance, des zones urbaines en pleine extension et un gisement important en énergie solaire, les voitures électriques peuvent être adoptées pour renouveler le parc automobile actuel, tout en épargnant plus de 15 millions de tonnes équivalent CO2 par an. Ce programme implique l’exonération totale de la vignette des véhicules hybrides et électriques ainsi que la mise en place d’une infrastructure de recharge dans le cadre du projet GreenMiles. Ce dernier contribuera à motiver et à encourager, d’une part, les investisseurs, les développeurs et les industriels et d’autre part les utilisateurs. Ces études seront présentées lors d’un événement national autour du projet GreenMiles et de la mobilité électrique au Maroc, sous l’égide des Ministères de l’énergie, des mines et du développement durable, et de l’Equipement, du Transport et de la Logistique. Ce Colloque sera l’occasion de réunir les différents acteurs nationaux et internationaux travaillant sur la thématique de la mobilité électrique et de proposer des solutions et modèles innovants adaptés. Il se veut également une source d'inspiration et de partage d’expérience, démontrant les meilleures pratiques et les approches visionnaires par pays, villes et entreprises impliquant le monde socio-économique et académique.

http://www.leconomiste.com/article/1025685-benguerir-iresen-installe-les-premieres-bornes-electriques-de-notre-correspondante
Weiterlesen
133 Aufrufe

Mobilitätssysteme von Morgen - Der Weg zu integrierten Konzepten

geschrieben von Prof. Dr.-Ing. Michael Ortgiese, Fachhochschule Potsdam

Ausgangslage

Mobilität und Wachstum von Städten sind traditionell eng miteinander verknüpft. Insbesondere in den zurückliegenden 200 Jahren veränderten neue Verkehrssysteme die Gestalt unserer Städte sowie deren Verknüpfung mit dem Umland maßgeblich. Dieser Prozess scheint sich aktuell weiter zu beschleunigen. Der Zuzug in die Städte, in denen über 50 % der Weltbevölkerung leben, ist ungebremst. Trotz dieses Wachstums müssen Städte ihrer – teilweise stetig alternden – Bevölkerung einen nachhaltigen Lebensraum bieten. Mit Blick auf neue Technologien verändert zudem die Digitalisierung unsere Lebens- und Arbeitswelten. Vor diesem Hintergrund werden aktuell eine Vielzahl von Entwicklungsszenarien diskutiert, die in den nächsten Jahren unsere Mobilitätssysteme signifikant umgestalten könnten. Diese Veränderungen umfassen sowohl klassische „analoge“ Mobilitätsangebote, als auch zunehmend digitale. Allen Lösungen ist gemein, dass sie um räumlich begrenzte Straßenräume konkurrieren, die aufgrund der bestehenden und zumeist erhaltenswerten städtebaulichen Strukturen nur begrenzte Möglichkeiten der Umgestaltung bieten.

Trends

Mehrere Megatrends kennzeichnen derzeit die Visionen zur Mobilität von Morgen. Allen voran könnte die Elektrifizierung von Fahrzeugen wichtige Beiträge zur Steigerung der Stadtverträglichkeit des Verkehrs leisten und zumindest lokal die Verbrennung fossiler Brennstoffe, und die hiermit einhergehenden Umweltwirkungen, minimieren. Den Vorteilen eines lokal emissionsfreien Fahrens stehen jedoch globale Umwelteffekte sowie die generellen Belastungen durch den motorisierten Individualverkehr (hohes Verkehrsaufkommen und Staus auf städtischen Straßen) gegenüber. In die Umweltbilanzen der Elektrifizierung muss die Herstellung von Batterien mit hohem Leistungsvermögen sowie die Erzeugung des Fahrstromes Berücksichtigung finden. Kleinere Fahrzeuge mit vergleichsweise geringen Batterieleistungen, die in urbane intermondale Mobilitätsketten eingebunden sind und deren Fahrstrom aus regenerativen Energiequellen stammt, leisten einen größeren Beitrag zur nachhaltigen Gestaltung des Verkehrs, als Hochleistungsfahrzeuge mit großen Reichweiten in Kombination mit einer konventionellen Stromversorgung.

Weiterlesen
75 Aufrufe

Coup d'envoi, vendredi 23 Mars 2018 de la première édition de la "Biennale d'Architecture, Ville et Culture" (Maroc)

Le coup d'envoi de la première édition de la "Biennale d'Architecture, Ville et Culture", une manifestation culturelle citoyenne et participative, sera donné, vendredi 23 Mars 2018, à l'initiative de l'association "Agora Rabat Salé".

Portée par une équipe jeune et animée par des commissaires d'expositions issus de divers horizons, la Biennale d’Agora Rabat Salé, ludique et gratuite, traitera du thème de l’"Entre-Deux, entre Afrique et Europe, entre terre et mer, entre connu et inconnu…", et rassemblera plus de 13 nationalités dont le Mali, le Sénégal, le Cameroun, le Nigéria et la Mauritanie, indique un communiqué de l'association. Véritable laboratoire culturel et lieu d’effervescence créatif, la Biennale ambitionne d’ouvrir au public un lieu symbolique "Agora Expo", qui sera située sous le pont Hassan II, au cœur de la vallée du Bouregreg, reliant les villes de Rabat et Salé.

Cet événement invitera une trentaine d’architectes et d’artistes, une dizaine d’écrivains, une centaine d’étudiants et lycéens ainsi que le grand public, à réfléchir et débattre autour des préoccupations liées à la Ville, au destin de l’espace urbain, et aux liens entre l’architecture et les grandes problématiques de nos sociétés contemporaines. Au programme de cette manifestation culturelle, qui se poursuivra jusqu'au 30 mars, figurent notamment des tables rondes, des conférences, des expositions, des rencontres et des spectacles qui vont ponctuer cette Biennale, ainsi que des workshops, organisés par l’Ecole d’Architecture de l’Université Internationale de Rabat, impliquant plus de 150 étudiants.

Le lancement de la Biennale Agora Rabat Salé "d’Architecture Ville et Culture " sera marquée par des visites d’Agora Expo, du chantier du grand théâtre et une série d'activités sur les rives de Rabat et de Salé.

Rabat, 21/03/2018 (MAP)
Weiterlesen
184 Aufrufe

Le Renforcement des institutions locales des Communes est la condition sine qua non pour la réussite de toute politique de mobilité durable (Maroc)

La réunion du comité du pilotage du programme Mobilise Your City (MYC) s’est tenue à la Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) le 13 Mars 2018 à Rabat, Deux conventions ont étés signées par M. le Wali Directeur Général, Mme la directrice adjointe de l'Agence Française de Développement et Mme la responsable du programme MYC : La convention cadre, d’une durée de 4 ans (2017-2020) et la convention spécifique qui s’achèvera en juin 2018.

L’initiative Mobilise Your City a été lancée officiellement en décembre 2015 à Paris lors de la 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, en réponse à la croissance explosive des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la mobilité urbaine dans la plupart des villes des pays émergents. Cette initiative a pour objectif d’engager plus de 100 villes de 20 pays à l’horizon 2020 dans la planification d’une mobilité urbaine efficace et soutenable.

Le lancement de l’initiative MYC au Maroc a été à l’occasion de l’organisation, par la DGCL, d’une rencontre nationale en octobre 2016 à Rabat sous le thème « Les Collectivités Territoriales s’engagent dans une politi​que de Mobilité Urbaine Durable ». Le lancement dudit programme a été couronné par la signature de la lettre d’intention en novembre 2016 lors de la COP22 à Marrakech. 4 villes marocaines (Casablanca, Kenitra, Oujda et Rabat) bénéficie de cette initiative.

Les fonds mobilisés doivent permettre de faire bénéficier les pays et villes impliquées d’un soutien important pour formuler et mettre en place des améliorations de leurs politiques de mobilité urbaine, ainsi que des outils adaptés de suivi de ces politiques. L’initiative Mobilise Your City vise en outre à développer la dissémination des connaissances et l’animation des réseaux de spécialistes aux niveaux national et international.
Weiterlesen
179 Aufrufe

5-è colloque international sur la valorisation des déchets, en mai prochain à Fès – Maroc

La 5-ème édition du colloque international sur la valorisation des déchets se tiendra les 11 et 12 mai prochain à Fès, autour de la thématique ‘’gestion durable des déchets solides et liquides et prévention de la pollution’’.

Weiterlesen
243 Aufrufe

Marrakech abrite les Premières Journées scientifiques sur la forêt marocaine

La Faculté des Sciences Semlalia de Marrakech abrite du 21 au 25 mars les Premières Journées Scientifiques sous le thème “La forêt marocaine, quel sens à la durabilité ?”, et ce à l’occasion de la commémoration de la Journée mondiale des Forêts (21 mars).
Weiterlesen
254 Aufrufe

RÉGIONS Lutte contre les changements climatiques: Le Souss-Massa lance son plan territorial (Maroc)



Une bonne chose pour l’environnement et une urgence pour le Souss-Massa. La région est peut-être la première au Maroc à avoir lancé son Plan territorial de lutte contre le réchauffement climatique (PTRC), mais il est primordial dans ce territoire précisément.

Les premières évaluations font état de chiffres alarmants en matière de vulnérabilité des ressources en eau face aux changements climatiques. Aussi, c’est avec beaucoup de ferveur que les acteurs locaux, concernés par cette problématique, ont conduit le processus d’élaboration de l’outil de gouvernance environnementale, qui représente une véritable feuille de route dans le territoire Souss-Massa.

«L’objectif est de s’approprier une politique territoriale de lutte contre le réchauffement climatique conforme aux orientations nationales inscrites dans l’engagement stratégique du Royaume en matière d’adaptation et d’atténuation», a déclaré Nezha El Ouafi, secrétaire d’Etat chargée du Développement durable.

La région s’est ainsi engagée à contribuer à l´effort national en matière de lutte contre les effets du changement climatique (CC) en résonance avec les spécificités locales selon une approche systémique concertée. Ce plan a permis de définir les contours de la vulnérabilité à l’aléa climatique et d’effectuer un premier inventaire des gaz à effet de serre (GES) dans le territoire de la région Souss-Massa (voir infographie).

Le tout, dans le respect des lignes directrices du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental de l’évolution du climat). Parmi les actions d’atténuation à observer, figurent, entre autres, une décarbonisation.

Le portefeuille de projets émanant du PTRC SM concerne l’ensemble des préfectures et provinces de la région ainsi que les secteurs d’activités économiques importants: agriculture, tourisme, énergie, gestion de déchets, industrie, habitat, littoral et pêche… Montant global: 1,22 milliard de DH

En détail, le portefeuille de projets émanant du PTRC SM concerne l’ensemble des préfectures et provinces de la région ainsi que les secteurs d’activités économiques importants: agriculture, tourisme, énergie, gestion de déchets, industrie, habitat, littoral et pêche… Il englobe différents typologies d’actions dont des mesures à caractère institutionnel, des actions de communication, des projets pilotes de démonstration.

En plus de l’amélioration de la gestion et des actions de recherche et développement. Le renforcement des capacités des différents acteurs sur les procédés d’accès au financement climatique et la préparation de dossiers de financement est l’autre action autour de laquelle s’est axé l’atelier.

A ce propos, un travail de concertation est mené entre les consultants financiers et les principaux partenaires du réseau de la Direction régionale de l’environnement (DRE) autour de la préparation des dossiers de projets prioritaires bancables.

Pour rappel, le premier «Plan territorial de lutte contre le changement climatique –PTRC» est le résultat d’une concertation étroite de l’ensemble des acteurs locaux et partenaires du Conseil régional Souss-Massa et de la Direction régionale de l’environnement (DRE), avec l’appui du ProGEC-GIZ. En plus des élus, autorités locales, acteurs économiques, instituts de recherche scientifique et de la société civile… les bailleurs de fonds (GIZ, PNUD) ont aussi été représentés lors de la rencontre.
Weiterlesen
258 Aufrufe

Journée d'étude sur les problématiques de l'urbanisme à la ville de kenitra (Maroc)

Cette journée s’inscrit dans le cadre des concertations avec les acteurs locaux autour des problématiques de développement urbain des villes de la province de kenitra. La journée aura lieu le 8 Mars 2018. 

Weiterlesen
297 Aufrufe

+++ Verlängerung der Bewerbungsfrist +++

Sehr geehrte Damen und Herren,

das Projekt ''Baladiya - neue Wege in der Stadtentwicklung'', eine Initiative der Robert Bosch Stiftung in Kooperation mit der GIZ (CoMun), wird nun in die fünfte Runde gehen. Darüber freuen wir uns sehr.

Die Bewerbungsfrist wurde nun bis zum 1.03. verlängert.

Wir möchten Sie als Referierende, Gesprächspartner und Unterstützer des Programms bitten, die Ausschreibung in Ihren Netzwerken zu streuen und geeignete Kandidaten darauf aufmerksam zu machen.

Für Rückfragen stehen wir sehr gern zur Verfügung und danken Ihnen schon jetzt sehr herzlich für Ihre Unterstützung!

Herzliche Grüsse aus Berlin
Ihr Baladiya-Team der Europäischen Akademie Berlin

Weiterlesen
159 Aufrufe

Casablanca (Maroc): premier Forum sur la problématique de la propreté urbaine, le 23 février 2018

La ville de Casablanca abrite, le 23 février prochain, son premier Forum sur la propreté urbaine, dans le souci de trouver les voies à même d'améliorer la qualité des prestations de la collecte et du nettoiement.

« La salubrité, la propreté et le civisme sont l'affaire de tous et l'implication de tous les acteurs (élus, citoyens, société civile, etc.) est nécessaire pour réussir le challenge d’une ville propre », expliquent les organisateurs, qui ont retenu comme slogan « Nous sommes tous concernés ».

La première édition, co-organisée par la Société de développement local « Casa Prestations » et l’Université Hassan II, connaitra la participation d’instances ministérielles, institutionnelles et universitaires, ainsi que d’acteurs privés et de militants de la société civile.

Les ateliers de cette rencontre seront axés sur la place de la gestion des déchets dans la Charte nationale de l’environnement, le cahier des charges de la propreté urbaine pour des prestations de qualité, la sensibilisation et le civisme, outre les contraintes et les opportunités en matière de valorisation des déchets.

Les organisateurs espèrent « sortir avec des recommandations concrètes et applicables » en vue de résorber cette problématique, à la lumière d’une « démarche participative » et d’une « action commune ».

https://lematin.ma/express/2018/metropole-abrite-premier-forum-problematique-proprete-urbaine/287345.html
Weiterlesen
383 Aufrufe

L’EAU ET LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX AU CENTRE D’UN COLLOQUE SCIENTIFIQUE À DEBDOU (PROVINCE DE TAOURIRT)

L’EAU ET LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX AU CENTRE D’UN COLLOQUE SCIENTIFIQUE À DEBDOU (PROVINCE DE TAOURIRT)
Les participants à un colloque scientifique, organisé samedi à Debdou, ont débattu de plusieurs questions liées à l’eau dans cette région et aux enjeux environnementaux et juridiques y afférents.

La région de Debdou jouit d’une importante richesse hydraulique et se caractérise par la diversité des méthodes et techniques d’irrigation utilisées par les agriculteurs, ont souligné les intervenants lors de cette rencontre initiée par L’association Ibn Khaldoun des recherches et des études en sciences humaines et sociales, et la protection des monuments historique et l’environnement.

Ils ont toutefois fait remarquer que cette richesse a été impactée par la récurrence des périodes de sécheresse et par d’autres facteurs humains, mettant l’accent sur l’impératif de la préservation et de l’exploitation rationnelle de cette denrée vitale.

Le colloque a constitué ainsi une occasion pour jeter la lumière sur les dispositions juridiques régissant l’utilisation de l’eau et sur le rôle du ministère de tutelle et celui de l’Agence du Bassin hydraulique dans la protection des ressources hydriques.

Les participants à un colloque scientifique, organisé samedi à Debdou, ont débattu de plusieurs questions liées à l’eau dans cette région et aux enjeux environnementaux et juridiques y afférents.

La région de Debdou jouit d’une importante richesse hydraulique et se caractérise par la diversité des méthodes et techniques d’irrigation utilisées par les agriculteurs, ont souligné les intervenants lors de cette rencontre initiée par L’association Ibn Khaldoun des recherches et des études en sciences humaines et sociales, et la protection des monuments historique et l’environnement.

Ils ont toutefois fait remarquer que cette richesse a été impactée par la récurrence des périodes de sécheresse et par d’autres facteurs humains, mettant l’accent sur l’impératif de la préservation et de l’exploitation rationnelle de cette denrée vitale.

http://www.mapexpress.ma/actualite/societe-et-regions/leau-et-les-enjeux-environnementaux-au-centre-dun-colloque-scientifique-a-debdou-province-de-taourirt/


Weiterlesen
343 Aufrufe

Nutzung von Geoinformationssystemen (GIS) in der Stadtverwaltung Sindelfingen

geschrieben von Patrick Bühler

Kommunalverwaltungen in Deutschland haben durch den hohen Dezentralisierungsgrad vielfältige Aufgaben  eigenständig zu bewältigen. Am Beispiel Geodatenmanagement möchte dieser Text aufzeigen, wie die Stadt Sindelfingen diese der Kommunen gegebenen Selbstverwaltung in ihrer Aufgabenerfüllung nutzt. Die Stadtverwaltung Sindelfingen etablierte ein hochspezialisiertes Geoinformationssystem, das auf die jeweiligen Bedürfnisse für die Aufgabenbewältigung maßgeschneidert ist und längst zu einer unverzichtbaren Drehscheibe für Geodaten im Rathaus wurde. Dieser Text richtet sich an Architekten und Stadtplaner aus dem Maghreb, die am Baladyia-Programm der Europäischen Akademie Berlin teilnehmen.

Weiterlesen
197 Aufrufe

Aménagement du territoire: Une solution géoportail en matière d'urbanisme (Maroc)

Une solution géoportail dédiée à la publication en ligne des documents d’urbanisme à l’échelle nationale est prévue par le département de l'Urbanisme. Il s’agit de mettre en place une plateforme commune de ces documents entre les différents acteurs territoriaux.

Concrètement, la solution permettra la diffusion sur internet des informations et données cartographiques, de manière interactive, sur les documents d’urbanisme et les règlements d’aménagement attachés. Ses avantages : un envoi sécurisé des documents numériques, un accès en temps réel à la plateforme sans contrainte géographique et horaire, un accès facile et gratuit à l’information urbanistique et les règlements d’aménagement et un droit de regard sur la constructibilité. Les documents d’urbanisme concernés sont, entre autres, les schémas directeurs d'aménagement urbain (SDAU), les plans d’aménagement (PA) et les plans de développement des agglomérations rurales (PDAR).

https://lematin.ma/journal/2018/solution-geoportail-projet-chez-lurbanisme/286232.html
Weiterlesen
402 Aufrufe

Promotion de la gestion de proximité dans les communes - Jamaa Mouwatena: Tenue du 1er Forum d’échange intercommunal à la ville de Taroudannt (Maroc)

Dans le cadre de la coopération maroco-allemande, la Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) a initié le projet « Promotion de la gestion de proximité dans les communes - Jamaa Mouwatena » en partenariat avec la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

Le projet vise à améliorer les services communaux dans le sens qu’ils répondent mieux aux besoins de la population en procédant d’une démarche participative. Cet objectif se décline en trois axes d’intervention du projet : l’appui à l’amélioration de la qualité du service d’accueil (Axe I), l’appui à l’amélioration de la communication (Axe 2) et la promotion des démarches participatives pour améliorer les prestations communales (Axe 3).

Dans ce cadre, 1er Forum d’échange intercommunal a été organisé les 11 et 12 Décembre 2017 dans la ville de Taroudannt. Ce Forum a pour objectif de favoriser un espace d’échange et de partage des expériences marocaines et internationales autour des thèmes du projet. Il s'agit notamment de la gestion de l’accueil et des réclamations, de l'amélioration de la communication citoyenne et de l’utilisation des démarches participatives pour améliorer la qualité des services.

http://www.pncl.gov.ma/fr/News/Alaune/Pages/premier-Forum-d%E2%80%99%C3%A9changes-intercommunal-.aspx

Weiterlesen
353 Aufrufe